©OFSP-coronavirus.ch

Interdiction de cours en présentiel dans la formation continue

Après une obligation générale de porter un masque dans la formation continue depuis le 19 octobre 2020, les mesures contre le coronavirus ont été renforcées par le Conseil fédéral le 28 octobre 2020. Pour les institutions de formation continue, cela signifie concrètement que les événements en présentiel seront interdits à partir du 2 novembre 2020 jusqu’à nouvel ordre. Les leçons individuelles sont toujours autorisées.

L’enseignement en présentiel pour les groupes cibles qui ne remplissent pas les conditions de participation aux offres numériques (par exemple, manque de connaissance de la langue nationale, manque d’accès à Internet) continuera d’être autorisé. Avec concepts de protection, le nombre de participants est limité à 15 personnes, et les mesures cantonales sont prises en compte.

FSEA est toujours en train de clarifier l’interprétation de l’exception pour “les activités d’enseignement qui sont une partie nécessaire d’un programme éducatif structuré et pour lesquelles une présence locale est requise”.

Voir aussi :

Nous poursuivons les voies d’information officielles de la confédération et des cantons et nous renvoyons les prestataires de formation surtout aux articles de FSEA > v. FSEA Informations actuelles sur la crise du coronavirus .

Quelle est la situation pour le réseau œcuménique suisse de la formation continue ? Quelles questions vous occupent ?
Nous invitions les membres de formationplus ainsi que les membres de notre réseau de partager leurs expériences, conclusions et questions avec des collègues. Ecrivez un commentaire

Secrétariat formationplus, le 30 octobre 2020

 

 

 

@pixabay

Corona et les maisons de formation

Les actuelles assouplissements font possibles les activités des établissements touristiques.

Est-ce que ça provoque l’envie de voyager et de faire des vacances chez la population Suisse? Comment la demande de l’étranger va-t-elle évoluer ?
… une chance pour les maisons de formation? 

La réouverture est liées à des grands défis. Pour des hôtels et des restaurations le respect des objectifs stricts pour la protection de la santé des employés ainsi que des clients et clientes est indispensable, comme pour toutes les entreprises et organisations. Les branches responsables doivent élaborer des concepts de protection qui sont basés sur les spécifications relatives à la protection de la santé et des employés de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et du SECO. Les entreprises doivent prévoir et réaliser les distances entre personnes et des règles d’hygiène.
Principalement responsable pour la réalisation des concepts de protection sont les entreprises elles-mêmes, pas l’état. La surveillance sur la réalisation appartient aux cantons.

Les associations professionnelles Gastrosuisse et HotellerieSuisse offrent des informations spécifiques à la branche.
Les associations de l’industrie du tourisme ont lancé le label “Clean & Safe” pour renforcer la confiance  des hôtes séjournant en Suisse. > Communiqué de presse de Suisse Tourisme
L’organisation faîtière pour la formation continue FSEA met à disposition un concept de protection, qui est basé sur les principes de base du SEFRI et l’OFSP, relatif à des manifestations présentielles du secteur de formation, actualisé le 08.06.2020.

Décisions du Conseil fédéral du 27.05.2020, communiqué de presse
Lien Web OFSP, Nouveau coronavirus : recommandations pour les milieux professionnels et les écoles
Lien Web CDIP, plans de protection

/ 08.06.2020

La maison est fermée. Des visiteurs et groupes annulent leurs réservations.
Comment est-ce que les maisons de formation gèrent cette situation ? Comment se présente la situation juridique ? Qui porte quelles dépenses ?

formationplus a demandé un juriste le jugement concernant les questions spéciales en droit des maisons de formation. Voici son évaluation .
Bilan : Au premier plan il faut avoir une solution consensuelle parce que les maisons de formation continuerons à souhaiter la bienvenue à leurs visiteurs et à héberger des organisateurs et organisatrices.

secrétariat de formationplus / 03.04.2020

Partagez vos expériences, conclusions ou d’autres questions avec des collègues. Ecrivez un commentaire…

@eveques.ch

Religion et spiritualité @home

Des temps spéciaux exigent des idées créatives. Les gens se soutiennent les uns les autres, se solidarisent, il y a de nouveaux projets.
Des rencontres, formation – quelques nouvelles possibilités d’une autre manière : Il y a des webinaires, des messes en ligne, des médiations/chants/prières en commun, « des bougies à la fenêtre » et beaucoup d’autres choses.

Ci-après une sélection du réseau œcuménique. Elle sera régulièrement complétée.

Des messes en temps du coronavirus (en ellemand): Assemblage des messes en ligne, prières, intercessions, etc. du Liturgischen Instituts

Lire la bible : Tous les jours avec le plan de lecture biblique 2020 (aussi disponible comme appli), une offre de la Société biblique Suisse et de l’Association biblique catholique de Suisse.

Cath.ch et ref.ch (en allemand) : Les portails pour des informations d’actualité du paysage de l’église, revue de presse, des suggestions de livres et de la TV.

RefLab.ch : Des Blogues, podcasts, newsletters – des contributions fantastiques, ça vaut la peine de les regarder  ! Un projet de l’Eglise réformée du canton de Zurich.

formationplus

le réseau francophone en formation

Pour la deuxième fois des professionnel-le-s francophones de la formation d’adultes en Eglises se sont rencontré-e-s.
Les thèmes de leurs échanges concernaient avant tout leurs attentes d’un tel réseau romand et sa concrétisation. En Suisse allemande formationplus est déjà bien établi. Il peut leur venir en aide avec des idées et des inspirations tout en sachant que formationplus francophone ne pourra pas être sa copie. Il est évident qu’il développera ses propres thèmes et points forts. Le réseau œcuménique romand de la formation d’adultes offre des avantages pour les participant-e-s qui se montrent intéressé-e-s et motivé-e-s. Tout comme en Suisse allemande, le paysage de la formation d’adultes en Suisse romande est hétérogène, les organisations ont des structures et des buts très différents. Par contre elles sont reliées par leurs offres et leurs défis, ce qui favorise l’échange informel autour de thèmes communs. Une des raisons pour former un réseau est d’institutionnaliser l’échange informel. Une autre tâche du réseau sera d’initier une conférence professionnelle annuelle. Le premier atelier de ce type aura lieu mardi matin 26 novembre 2019. Un bureau – composé de professionnel-le-s catholique romain-e-s et protestant-e-s des différents cantons romands – planifiera la suite. Il reste à expérimenter si une Newsletter ou des informations par internet correspondront à une demande. Et peut-être un jour formationplus romand et germanophone cogiteront des événements communs – quelques idées timides en témoignent.
La conférence d’automne du 26 et 27 novembre 2019 invitera à un échange intra-suisse à Fribourg – exactement au-dessus du «Röschtigraben».

Elisabeth Reichen

©FSEA

La numérisation dans la formation continue

La présente étude sur la formation continue de la FSEA se concentre sur la numérisation du marché suisse de la formation continue. Cette étude analyse la mesure dans laquelle les technologies numériques sont répandues dans la formation continue, les applications utilisées et la manière dont leurs avantages andragogiques sont évalués. Les questions vont de l’équipement technique et de l’évaluation de l’enseignement et de l’apprentissage numériques à une perspective d’avenir.

Version française abrégée (PDF)
Version allemande (PDF)
V
ersion imprimée (seulement en allemand) > shop de la FSEA

©pixabay

Les MOOCs dans la formation continue

Les technologies de l’internet pour l’apprentissage sont de plus en plus employées en complément de l’enseignement présentiel. Depuis peu, un nouvel outil a fait son apparition: les MOOCs dont l’Université de Genève fait déjà grand usage.

MOOC, acronyme de «Massive Open Online Course», peut être traduit par «cours en ligne ouvert à tous». Sa caractéristique est d’accueillir un grand nombre de participants, dispersés géographiquement et communiquant uniquement par internet. Depuis 2012, l’Université de Genève (UNIGE) en propose un grand nombre (www.coursera.org/unige).

Pour Christelle Bozelle, responsable des MOOCs à l’UNIGE, ces cours permettent non seulement d’augmenter la visibilité internationale de l’université sur des thématiques choisies, mais aussi d’améliorer l’enseignement et de diffuser de nouveaux savoirs en touchant un public autre que celui inscrit à l’université. «Certaines universités américaines ont également lancé des MBAs ou autres masters en ligne, mais, actuellement, ce n’est actuellement pas une orientation qu’a choisi de prendre l’UNIGE. Les MOOCs restent une offre complémentaire à l’offre initiale et sont davantage utilisés dans des classes inversées, sous forme de prérequis ou de matériel complémentaire pour un cours de formation initiale ou de formation continue.»

En pratique, de nouveaux dispositifs pédagogiques sont testés. Les apprenants suivent par exemple un MOOC une semaine sur deux, en alternance avec des cours présentiels. «Le MOOC permet aux apprenants d’avoir accès à d’autres types d’information, avant de les approfondir en cours avec les enseignants. Il peut s’agir d’une vidéo tournée au CERN pour un cours de physique des particules, ou d’un jeu sérieux dont les participants débattront les réponses en classe.»

Les MOOCs développent aussi la participation citoyenne dans la recherche, explique Christelle Bozelle: «Par exemple, pour un cours comme ‘La diversité des exoplanètes’, donné en anglais, nous comptons sur le fait que des apprenants du monde entier apporteront leur propre matériel de recherche que l’équipe d’enseignants sur place n’aura pas forcément.»

À l’heure actuelle, la valeur des MOOCs est encore discutée, relève Christelle Bozelle: «Les facultés décident si elles souhaitent octroyer des crédits. Jusqu’à présent, la majorité d’entre elles ont opté pour l’octroi de crédits uniquement en complément de séances présentielles.»

Plus d’informations: http://moocs.unige.ch/

Jean-Christophe Emmenegger, FSEA (Fédération suisse pour la formation continue)

©pixabay

Mobilité européenne dans la Formation des adultes

Proposer à son personnel une formation continue à l’étranger, c’est contribuer à son développement personnel et professionnel. C’est également créer un réseau international de contacts enrichissant pour son établissement. Les projets de mobilité concernent la réalisation de stages d’observation (job shadowings), de formations continues (cours, séminaires, conférences…) ou de missions d’enseignement en Europe pour le personnel des établissements de formation des adultes.

Formation continue à l’étranger pour le personnel des établissements de formation pour adultes
Les établissements aussi bien que leur personnel profitent du programme de mobilité dans la formation pour adultes. En effet, grâce aux séjours d’observation (job shadowings), aux formations continues sous la forme de cours, de séminaires, de conférences ou aux missions d’enseignement en Europe, les établissements de formation pour adultes peuvent contribuer au développement personnel et professionnel des membres de leur personnel et constituer un réseau international de contacts.

A qui s’adresse le programme ?
Le programme s’adresse au personnel des établissements de formation pour adultes, c’est-à-dire aux enseignants, aux formateurs, aux pédagogues, aux directeurs d’établissements de formation, aux conseillers, aux animateurs, etc.

Qui peut déposer des projets ?
Les établissements de formation pour adultes établis en Suisse, qui ont développé et planifié un projet de formation continue pour leur personnel, peuvent déposer une demande de subvention jusqu’au délai fixé.
Les particuliers ne peuvent pas soumettre de demandes de subvention.

©FSEA

Mettez vos compétences en évidence

Le livret de formation est un justificatif de votre formation continue. Il donne un aperçu d’ensemble des compétences et qualifications acquises. Vous pouvez y inscrire et faire attester par l’institution responsable les activités suivantes :

 

  • formations, cours et modules suivis, certifications acquises
  • stages, travail bénévole
  • formations continues internes, ateliers ou cours d’apprentissage autonome
  • séjours à l’étranger à des fins d’apprentissage et de formation

L’institution réalisant la formation inscrite certifie la participation régulière avec son cachet et sa signature. Le livret de formation donne ainsi aux employés comme à l’entreprise un aperçu compact de l’évolution des activités individuelles de formation continue.

Le livret de formation reste en possession de son/sa titulaire. Il peut être utilisé auprès de tous les prestataires de formation ainsi que pour des formations internes d’entreprise, en Suisse comme à l’étranger.

©FSEA

Offrier une formation continue

Vous êtes à la recherche d’un cadeau intelligent pour un anniversaire ou un jubilé, pour Noël ou une autre occasion ?

la solution parfaite :
qu’il s’agisse d’un cours de DJ pour le chef, d’un cours de rédaction de scénarios pour la secrétaire, d’un cours de cuisine orientale pour l’épouse, d’un cours de danse pour le fils, d’un séjour linguistique à l’étranger pour la fille ou d’un coaching d’orientation pour faire progresser la carrière personnelle.

Il n’a jamais été aussi facile d’offrir une formation continue.

Le bon formation continue est valable pour plus de 25’000 cours auprès de 300 prestataires de formation dans toute la Suisse.

Vous décidez d’un montant pour le bon et le bénéficiaire du type de formation continue. La valeur reçue est libre, fractionnable à souhait et peut être validée chez tout prestataire participant. Parmi les plus de 25’000 possibilités de validation existantes de cours, vous trouverez toutes les classes de prix et de domaines dans la formation continue allant du yoga au management de projet et de la cuisine au Business-English.

Laissez-vous inspirer sur www.bonformationcontinue.ch !